Philthy Rich « Sem God »

171117-philthy-rich-album-cover-e1510898743583

En rachetant des productions de Zaytoven vieilles de plus de dix ans et en entretenant une hygiène de vie catastrophique, Philthy Rich continue de se prendre pour le Radric Davis d’Oakland. En vrai, les deux n’ont pas grand chose à voir, mais avec son remake de Bitch I Might Be, Philthy a réussi à rendre Gucci nostalgique. Pendant que Yhung T.O., le crooner de SOBxRBE modernise cette vieille tambouille, le Trap God ressort un flow d’un temps où on ne l’appelait pas encore Trap God. Confirmation que 100% des meilleures performances de Gucci Mane depuis sa rédemption ont été réalisées en dehors de ses propres albums.

Around (Feat. Yhung T.O. & Gucci Mane)

Mais le vrai grand moment de Sem God, ce dernier album en date de Philthy Rich, c’est 24 Hours, réunissant la fine fleur du gangsta rap mondial. Le résultat final n’est pas complètement à la hauteur du casting, mais si vous suivez ce qu’il se passe à Détroit, vous savez qu’avoir Payroll et Peezy sur une même chanson est un événement rare que chaque pacifiste sur Terre doit chérir. Bravo Philthy Gandhi.

24 Hours (Feat. Payroll Giovanni, Peezy & Mozzy)

Le reste de l’album n’est pas indispensable, (à part peut-être l’apparition posthume de Bankroll Fresh) mais est disponible en stream et sur iTunes.

 

MANGER LOURD – EPISODE 12

Aujourd’hui E-40 fête ses 50 ans. Immense rappeur et homme incroyable, obligé d’inventer de nouveaux superlatifs pour pouvoir dresser son autoportrait au fil de sa trentaine d’albums. Pour célébrer le boss de Sick-Wit-It, il fallait un plat riche en sueur de cochon, en or de Dijon et en fèves marinées longuement. C’est tout vu. Voici la recette des « haricots blancs et porcinet sauce mélasse, intérieur moutarde, capote fines herbes ».

E-40

Pour une grande tablée familiale d’une dizaine de personnes :

Faites tremper 500 grammes d’haricots blancs secs pendant une demi-journée au moins. Rincez, égouttez.

Dans une grande poêle faites revenir 200 grammes de petit salé et un gros oignon émincé. Ajoutez vos haricots blancs, noyez le tout sous l’eau et laissez mijoter une bonne demi-heure.

Ajoutez ensuite 50 grammes de sucres roux, 2 cuillères à soupe de DJ Mustard de Dijon et 75 millilitres de mélasse GrandMa’s Original.  Salez, poivrez et laisser cuire une demi-heure à nouveau.

Tapissez le fond et les parois d’une cocotte en terre avec environ 150 grammes de bacon, puis versez-y votre ectoplasme de haricots, qui dégoulinera sur le cochon comme le flow d’Earl Stevens. Découpez en cubes 750 grammes de rouelle de porc, et placez-les sur votre colline de beans. Déposez au sommet une branche de thym et une branche de romarin, avec délicatesse, you smell me ?

Laissez cuir 6 heures, dans un four préchauffé à 150 degrés. C’est prêt. Dégustez vos fèves au lard plein de mélasse lors de vos brunch en famille, en sirotant le num-num juice  de votre choix. Un plat qui s’apprécie en écoutant l’immense classique In A Major d’E-40, pierre angulaire de la carrière légendaire de ce rappeur légendaire. Bon anniversaire Earl Stevens, et longue vie à E-40 et Sick-Wit-it.

Bon Apple Tea.

illustration : Ivan LaVague 

 

 

START-UP NATION – EPISODE 1

Dans « Start-Up Nation » l’économiste franc-maçon Jeune Attali vous présente des entreprises montées par des rappeurs. Cette semaine, petit tour des tables tenues par des chefs cuisiniers du Midwest, hauts lieux de Chicago, Detroit et Akron, qu’il faudra visiter lors de votre prochain voyage dans les régions froides et sèches de l’Amérique.

emma

ZMoney est un alambique humain, sépare les syllabes par chauffage puis refroidissement, les déforme et les malaxe comme dans une lampe à lave. Ses deux excellents albums sortis cette année, Heroin Bag et ZTM, sont encore d’impeccables démonstrations de swagger et de nonchalance.

Situé au 5419 de la W North Avenue, Emma’s Breakfast est le nom de son restaurant, ouvert à Chicago en 2013. Soul food riche en oeufs, huile et friture, matin et soir, sept jour sur sept, le restau porte le prénom de la grand-mère de Z, en hommage à celle qui inspire plusieurs recettes secrètes présentes sur la carte.

Exception qui confirme la règle, ZMoney ouvre son restaurant (tout comme d’autres business dans Chicago) avant de se lancer dans la musique. Ce sont donc ses french toast bacon-saucisse et ses buckets de wings bons à s’en lécher les doigts qui financent sa carrière de chanteur, et non l’inverse.

chickentalkkkkkk

Les entrepreneurs noirs sont mal vus à Detroit. Déjà en 1967, les émeutes de la 12ème rue démarrent suite à la fermeture d’un bar tenu et fréquenté par des afro-américains. Cinquante ans plus tard, la police continue d’harceler et de castrer économiquement cette population. Sur Price Goin Up, album sorti en début d’année, Icewear Vezzo raconte comment l’état du Michigan l’a épié jusqu’à le prendre en flag’ de délit mineur, pour le mettre en prison.

Ces dernières années, Vezzo tentait de redonner vie aux quartiers en déréliction de Detroit, en rachetant et retapant des appartements et des commerces. Situé au 12315 de la Gratiot Avenue, Chicken Talk et l’un des nombreux commerce qu’il monte en 2015.

Le nom fait évidemment référence à la mixtape légendaire de Gucci Mane, mais là, il s’agit vraiment de Chicken. Le chef a été débauché des cuisines du Rattlsnake Club, afin de proposer aux clients les plats servis en strip club. Poulet, poulet ou poulet, mais sous toutes les formes et accompagné de toutes sortes de sauces : Buffalo lemon pepper, hot boy fire sauce ou ail et parmesan, il y en a pour tous les goûts, pour peu que l’on aime le poulet riche et graisseux.

AMPICHINO

Qui n’a jamais rêvé de déguster des Wings texans à la Paul Wall ? Le steak salad J. Stalin ou un hamburger façon The Jacka ? Tous ces mets de choix sont à retrouver, parmi d’autres merveilles, sur la carte du Game 7 Bar & Grill à Akron dans l’Ohio.

Des trois restaurants présentés aujourd’hui, celui ouvert par Ampichino est certainement le meilleur. Il est en tout cas le mieux noté sur Yelp et Trip Advisor, et le seul qui, en plus de vous servir à manger, invite des rappeurs et des comédiens de stand up pour vous divertir.

Depuis le décès de The Jacka, Ampichino est le dernier grand maître du Dope Boy Blues, et c’est impatiemment que le monde entier attend la sortie (imminente) de Devil Rejectz 3. En attendant réservons un aller simple direction l’Ohio afin de nous régaler d’un burger Ampichino, fourré de piments jalapenos.

C’était Jeune Attali pour « Start-Up Nation » à bientôt pour un prochain épisode. Blrrrup.

 

MANGER LOURD – EPISODE 11

Three 6 Mafia, ténébreuse équipe menée par un duo d’exploiteurs, qui fait signer à des illettrés des contrats de 666 ans pour 88 albums. Three 6 Mafia, des dizaines de classiques et de cauchemars, un oscar et une place déjà prête au Panthéon. Halloween ne peut se dérouler ni sans eux ni sans leur recette du Muffin à la citrouille. Disclaimer : tous les mélanges à suivre sont à effectuer à l’aide du moignon de DJ Paul.

JUICYJ (1)

Muffins à la citrouille

Commencez par préparer un mélange d’épices : pour 1 cuillère à soupe de cannelle, utilisez 1 cuillère a café de muscade, 1 cuillère à café de gingembre moulu et 1 demie cuillère à café de piment de Cayenne moulu.

Faites préchauffer votre four à 175° et beurrez une plaque-moule pour 18 muffins.

Dans un premier bol, mélangez 250 grammes de farine, 230 grammes de sucre en poudre, 1 cuillère a soupe de votre mélange d’épices, 1 pincée de sel et 1 cuillère à café du légendaire Pure Baking Soda de Arm & Hammer.

Dans un second bol, mélangez deux œufs légèrement battus, 120 millilitres d’huiles et 220 grammes de purée de citrouille Libby’s Pumpkin Pie Filling.

Mélangez vos deux bols pour que le tout soit bien humide, ajoutez deux pommes découpées en petits dés, et versez vos rouquins dans le moule.

Dans un petit bol, mélangez 2 cuillères à soupe de farine, 30 grammes de sucre en poudre, 1 demie cuillère à café de cannelle et 4 cuillères à café de beurre fondu. Couvrez vos muffins de ce mélange brillant.

Faites cuire pendant 35 – 40 minutes, et dégustez vos citrouilles à chaud, accompagnées des meilleurs bonbons américains, et d’un disque de Three 6 Mafia. Joyeux Halloween à tous.

illustration : Ivan LaVague

 

FIGHT OF THE BOOGEYMAN : JUICY J EDITION

22906293_10212145394443847_1355299824_o

Avant de signer chez Wiz Khalifa, Juicy J paraphe un contrat avec le Diable, le vrai, qui lui offre la jeunesse éternelle. En 2009, son rap perd vingt ans et les productions du vieux triple six sont remises aux goûts du jour. Ses triplets flow arrivent aux oreilles d’une génération qui sera menée par ASAP Rocky, ou redonnent un souffle à la carrière d’Alkpote par exemple, qui troque son rap from Queensbridge contre les tours de magie du Tennessee. Un peu plus tard, avec des titres comme I’m Trippin’ sur l’album de Future, son style modernisé ouvre la voie au Migos et à tous ces jeunes d’Atlanta qui rappent comme s’ils avaient connu Memphis en 1998.

Fight Of The Boogeyman : JUICY J EDITION est une compilation de 15 ordonnances de médicaments récitées par l’unique Roi des enfers, 50 minutes de sons de tronçonneuses et de click clacks de revolver, un voyage dans le temps, en nuage de fumée, un souvenir de cette époque où, durant quelques mois, Juicy J a été le meilleur rappeur au monde.

TELECHARGER FIGHT OF THE BOOGEYMAN : JUICY EDITION

cover : Bobby Dollar