MANGER LOURD – EPISODE 7

Véritable institution américaine, la Pecan Pie accompagne tous les grands évènements de l’année, de Thanksgiving à Noël en passant par les Finales NBA. Une recette traditionnelle et conviviale, comme la musique de ce bon YoungBoy Never Broke Again.

NBA (1)

Dans un saladier, mélangez 300 grammes de farine, 150 grammes de sucre en poudre, 150 grammes de beurre mou découpé en dés, 2 oeufs et une pincée de sel.

Pétrissez langoureusement jusqu’à obtenir une jolie boule de pâte bien lisse, et laissez reposer la belle, une heure au calme sous un drapeau de la Louisiane (ou un torchon de cuisine).

Une fois votre pâte bien calme et reposée, étalez-là à l’aide d’un rouleau à pâtisserie bien fariné.

Placez la pâte dans votre plus beau moule un tarte, en l’aplatissant bien au fond et sur les bords. Remisez votre moule au réfrigérateur, et faites préchauffer votre four à 190° Celsius.

Gardez une petite trentaine de noix de pécan entières d’un côté, et écrasez-en pour environ 200 grammes d’un autre.

Dans un saladier, mélangez 50 grammes de beurre, 85 grammes de sucre brun à la mélasse, 4 oeufs et 1 cuillère à café d’extrait de vanille. Recouvrez de 175 grammes de sirop d’érable Aunt Jemina, et ajoutez-y vos 200 grammes de noix écrasées.

Mélangez, et versez délicatement sur votre pâte. Déposez vos noix de pécan entières sur le dessus, en spirale ou en dessinant le logo NBA, selon votre préférence.

Laissez cuire 35 minutes au four, en recouvrant la tarte de papier d’aluminium pour les 10 dernières minutes.

A déguster tiède, votre Pecan Pie s’accompagnera à merveille d’une boule de glace vanille, d’un verre de Fanta Peach et d’une écoute de l’excellent A.I. YoungBoy.

Bon Apple Tea

illustration : Ivan LaVague

 

Chief Keef « ONE-ONE-NINE »

119TL2

Avec les tourbillons lo-fi de Two Zero One Seven et l’étrangement romantique Thot Breaker, le Chef Plaisir régale 2017. L’année n’est pas terminée puisque nous attendons déjà l’EP The W, ainsi que Turbo Bandana, un album de duos avec Fredo Santana.

Pour patienter, ONE-ONE-NINE est une collection de singles, d’apparitions spectrales et de loosies d’Almighty Sosa et ses doppelgängers, Turbo et Chief Keef.

Télécharger « ONE-ONE-NINE »

 

Remix chocolaté pour GoldLink

original_goldlink-crew-remixes

Sorti en début d’année, At What Cost de GoldLink transpire de toute la culture de Washington D.C. et du D.M.V.

À la fin de Meditation, GoldLink est piégé dans une soirée interrompue par des coups de feu. Il venait de tomber sous le charme d’une jeune inconnue originaire d’un quartier ennemi, et ses tentatives de séduction ont mis de l’huile sur le feu qui fait fondre « Chocolate City ». Ce remake moderne et urbain de Roméo et Juliette est mis en scène tout au long de l’album, où GoldLink énumère les souvenirs de ses amours présentes et passées, pour mieux rendre hommage à son territoire d’origine et de cœur. Et si ces filles dont il tombe amoureux n’étaient que différentes facettes de cette région qu’il chérit tant ?

Les rythmes sont gorgés de percussions superposées, secouant un gumbo de funk, trap, r’n’b et musiques électroniques. Hands On Your Knees nous projette dans la foule d’une soirée go-go, un sous genre de funk dont les congas et timbales font battre le cœur de D.C. depuis les années 1970. Les rythmes emportent, chauffent les corps et échauffent les esprits, jusqu’à être interrompus par l’omniprésente violence. Au premier abord, la ville semble folle et divisée, mais GoldLink veut démontrer que la jeunesse peut s’unir autour de ses richesses culturelles.

Le planant Crew est une des meilleures chansons du disque. Au côté de GoldLink on y retrouve le crooner de Baltimore Brent Faiyaz et le timbre sans âge de Shy Glizzy, qui nous parle de gang et des filles des beaux quartiers qu’il attire dans son ghetto.

Dans cette mise en lumière de la culture de sa ville, il était naturel que GoldLink fasse appelle à groupe de Go-Go pour un remix, et le Backyard Band adore rejouer des tubes rap. C’est à eux que font appelle les rappeurs qui viennent en représentation dans la région, il a ainsi été possible d’entendre Scarface ou Busta Rhymes venir à D.C. jouer des versions Go-Go de leurs classiques avec le Backyard Band. Les voilà désormais derrière une reprise du single Crew.

Tout autour de l’album, les visuels et les clips de Darius Moreno participent à l’hommage rendu à l’excentrique jeunesse locale, accro aux patchworks de Solbato et aux sneakers New Balance. Ses peintures charnelles, aux couleurs chaudes, sont calquées sur les affiches de la Ball Culture. C’est une façon de saluer les nombreuses soirées LGBT qui enflamment les nuits du D.M.V. Pour l’EP de remixes de Crew, Darius peint une scène Go-Go, où GoldLink reconverti en lead talker, harangue la foule en délire.

Voir le clip de la version originale de « Crew » (Feat. Brent Faiyaz & Shy Glizzy)

Ecouter le remix Go-Go de « Crew » par le Backyard Band

 

MANGER LOURD – EPISODE 6

Heureux que les circonstances l’aient piégé dans une vie de malfrat, Roc Marciano attend de finir exilé sur une plage, le corps déformé par ses excès comme Marlon Brando. Pour attendrir sa chair adipeuse, son cocktail de choix est comme ses albums, classique et raffiné. Voici sa recette du « French Connexion ».

Roc

Nos grands-parents ont souvent évoqué cette époque où l’orange était un fruit rare qu’ils ne goutaient qu’une fois l’an à Noël. Imaginez alors à quel point couper un assemblage de distillat d’orange amère et de Cognac dans un cocktail était à la fois un crime et un luxe, réservé aux plus distingués des gangsters français.

Les ingrédients sont bien plus accessibles aujourd’hui, mais leur combinaison est toujours aussi douce, hardie et enchanteresse, l’orange faisant ressortir les notes doucement épicées du Cognac.

Versez 30 millilitres de Cognac et 15 millilitres de Grand Marnier dans un shaker avec de la glace. Agitez pour refroidir cette ambroisie.

Filtrez soigneusement dans un verre et dégustez. Si vous souhaitez prendre votre temps, le boire en écoutant le sublime Rosebudd’s Revenge de Roc Marciano par exemple, ajoutez une petite quantité de glace pour préserver la fraicheur de votre cocktail.

A la votre.

Illustration : Ivan LaVague

 

Mozzy « Gotta Light ? »

GOTTALIGHT

Plus que que deux bonnes semaines avant le head shot de Timothy. En attendant l’arrivée imminente de 1 Up Top Ahk, voici une collection de singles et freestyles, un mélange de poudre noire et d’analgésiques qui a rythmé les derniers mois d’attente de cet album.

Télécharger « Gotta Light ? » de Mozzy